Tandis que nous prenons chaque jour conscience de l'impact de notre mode de vie sur l'environnement, le réchauffement climatique et le renouvellement des ressources ; le bois, matière première abondante, renouvelable, recyclable et naturelle, s'empare de toutes les strates de la filière construction. À l'état naturel, il absorbe le CO2 présent dans l'atmosphère, le piège un temps grâce au processus de photosynthèse et le rejette au moment de sa décomposition. Si l'arbre est coupé et transformé, il retient le carbone dans la charpente, les murs, le bardage, ou encore le parquet (environ 15 à 18 t pour 100 m2), aussi longtemps qu'il est utilisé. L'omniprésence de la réserve de bois sur nos territoires rend son exploitation et sa mise-en-œuvre véritablement économes en énergie grise.

Comme le développement durable s'appuie sur le respect de l'environnement, l'économie de moyens et la prise en compte de chacun dans cette révolution verte, Faverde SA s'applique à mettre en pratique ces promesses pour construire un avenir meilleur pour les générations futures. À la fois bureau d'études et entreprise spécialisée nous nous situons à l’intersection de différents métiers. Faverde SA s'emploie à apporter des solutions innovantes afin de répondre aux enjeux cruciaux de l’architecture durable. L’évolution des normes et des attentes en matière d'économie d'énergie nous incite à développer nos techniques pour proposer des produits performants sur les plans constructifs, thermiques, et acoustiques.

Faverde SA est née en 2012 d'une rencontre entre deux passionnés. Acalovic Stepan est architecte de formation ; d'abord directeur technique et des exportations d'un fabricant d'ossatures bois, il est le référant technique et innovation des produits développés par Faverde SA. Frery Jérôme est quand à lui spécialisé dans les échanges de matières premières recyclables, il est en charge de la gestion et des finances de l’entreprise. Ils partagent leur savoir-faire au sein de Faverde SA. Ces compétences croisées sont mises à profit dans chacun des projets. Ils font toujours l’objet d’une étude approfondie et de choix technologiques visant à rendre les constructions autonomes, voir « positives » sur le plan énergétique.